Le Croisic et son phare du Tréhic

Il y a deux semaines, j’ai profité d’un temps magnifique, digne d’un jour de printemps, pour faire une balade au Croisic.

Commune située en Loire-Atlantique, pas très loin des célèbres marais salants de Guérande. En 2006, le Croisic à reçu la distinction « Petites Cités de Caractère ».

Localisée sur une île granitique qui reste séparée de celle de Batz-sur-Mer et du continent jusqu’au IXe siècle, elle fait à présent partie de la côte sauvage de la presqu’île guérandaise.

Dès le 16e siècle, de fiers armateurs, pilotes, négociants et capitaines assurent sa prospérité et lui donnent son charme architectural.

Au XXIe siècle, Le Croisic est confronté au vieillissement important de sa population et décide alors de se tourner vers e tourisme en valorisant son riche patrimoine architectural et traditionnel.

Flâner le long du port du Croisic

L’estacade du Mont Lénigo

Après avoir longé le port, vous vous retrouverez face au Mont Lénigo, en contrebas, vous pourrez emprunter une estacade pour longer de plus près la mer.

C’est au XIXe siècle, que la première estacade de halage a été créée, elle a été construite en bois, en 1887 pour faciliter la manœuvre des bateaux dans le chenal. Elle a été remplacée en 1911 par une structure en béton armé, peinte en blanc. Victime du temps, elle disparaît en 2000 et est remplacée par la passerelle moderne actuelle.

La jetée du Tréhic

J’avais déjà visité plusieurs fois Le Croisic, mais je n’avais jamais pris le temps de passer cette estacade et je ne m’étais pas non plus aventuré sur la jetée du Tréhic. Je trouve que les nuages, ce jour-là, donnaient vraiment une autre dimension à cette jetée.

Longue de 858 mètres, elle protège l’entrée du port du Croisic en atténuant les courants violents. Elle a été construite entre 1839 et 1844.

J’ai vraiment adoré cette jetée, qui donne vraiment l’impression d’être au milieu de la mer, avec en plus d’impressionnantes lignes de fuite.

Le phare du Tréhic

Vous l’avez peut-être aperçu sur les photos précédentes, au bout de cette jetée, se trouve le phare du Tréhic. Construit de 1869 à 1872 et électrifié en 1950. Il signale l’accès au port du Croisic qui peut être gêné par des hauts-fonds.

Sa tourelle de neuf mètres de haut en pierres de taille est surmontée d’une lanterne métallique, remplacée en 1963, aux vitres teintées de vert.

Sur le chemin du retour, j’ai pris quelques photos de la magnifique plage juste avant l’entrée de cette jetée.

Sur la photo ci-dessus, on peut apercevoir le bâtiment de la SNSM.

Sur la photo ci-dessus, les belles courbes de la maison du gardien du phare du Tréhic.

Le bâtiment de la SNSM, vu de l’autre côté en revenant vers l’estacade.

Les jeux de lumière sur le chemin du retour étaient vraiment incroyables, le soleil mettait en valeur les petits bateaux de plaisances pour mon plus grand plaisir.

J’espère que cette petite balade avec moi sous ce ciel magnifique (un peu le rêve de tous les photographes 😉 ) vous aura plu.

Pour plus d’informations : L’office de Tourisme du Croisic


13 réflexions sur “Le Croisic et son phare du Tréhic

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s